Le jardin du Musée

Le jardin du Musée fait partie de ces lieux privilégiés accessibles à tous

Le charme si particulier du Vieux Carouge est dû entre autres à ses nombreuses cours intérieures et à ses petits jardins. Les façades des bâtiments cachent de véritables havres de paix où la verdure, bénéficiant d'un microclimat, déploie toutes ses splendeurs. Si malheureusement certains de ces jardins privés restent à l'abri du regard curieux des promeneurs, d'autres, en revanche, appartenant au domaine public, sont ouverts à la population et font l'objet d'attentions particulières de la part des jardiniers de la Ville de Carouge.
 
Abrité du vent et du froid par le bâtiment et les murs d'enceinte, il héberge une végétation méditerranéenne qui compte entre autres un magnifique magnolia d'été, plusieurs palmiers et un superbe olivier de Provence. Le climat particulier qui règne dans ce lieu a permis d'y cultiver durant l'été 2004, lors de l'exposition Tomates & Co, une quinzaine d'espèces rares de tomates.
 
Au cours des années, plusieurs ouvrages et oeuvres d'art sont venus agrémenter le jardin.
Au cours de l'été 1992, la fontaine de la maison Baron à Carouge, siège de l'antenne romande de Pro Helvetia, a été installée contre le mur des annexes du Musée.
 
Du 18 novembre 1992 au 31 janvier 1993, le Musée à présenté une exposition consacrée à l'artiste carougeois Gérald Poussin. C'est à cette occasion que l'artiste a créé le banc Entre Chien et Loup.
 
La dernière oeuvre à avoir été installée dans le jardin est un puits vénitien en bronze composé d'une grande vasque en forme de chapiteau et d'un montant ouvragé surmonté d'un lion. Ce puits a été fondu par Mario Pastori, fondeur à Carouge, entre 1940 et 1960 d'après des moules italiens. Il était destiné à l'origine à orner le jardin de la ferme Pastori à La Chapelle. Sur la colonne sont gravés le prénom et la date de naissance des deux enfants du fondeur. Ce puits est un don fait en 1990 à la Ville de Carouge par les héritiers Pastori.